CAP - Une école qui mène à l'indépendance

UNE ECOLE PREPARANT A L’EXAMEN DE « CONNAISSANCES DE GESTION DE BASE ».

 

Plusieurs cas de figures peuvent amener une personne à présenter cet examen.

 

Un élève qui a présenté son examen de technique de qualification technicien en comptabilité n’a pas l’accès à la profession contrairement à un rhétoricien qui aurait dans une école subventionnée par la Communauté française présenté et réussi cette option.

Il lui est donc loisible de présenter l’examen de « Connaissances de gestion de base »

 

De même si vous voulez vous lancer dans une activité d’indépendant ou créer une PME et que vous ne répondez pas aux dispositions légales pour le faire, vous pouvez passer l’examen de « connaissances de gestion de base ».

 

La réussite de cet examen vous permettra d’exercer une activité qui nécessite une inscription auprès d’un guichet d’entreprises.

 

CAP ORGANISE LES SAMEDIS UNE FORMATION ACCELEREE DE 30 HEURES DE COURS.

LES GROUPES SONT COMPOSES DE MINIMUM CINQ ELEVES ET DE MAXIMUM 10 ELEVES.

 

Si cette opportunité vous intéresse, n’hésitez pas à nous contacter !!!

 

CAP INTERNATIONAL SCHOOL RADIO ANTIPODE

Récemment, l'école Cap a été invitée par la radio Antipode à présenter et sa structure et son projet pédagogique.

Nous vous proposons de découvrir la teneur des cinq entretiens diffusés.

 

Céline SQUELART, directrice de la Chambre de Commerce et d’Industrie du Brabant wallon, et Max ZIMMERMANN, Directeur de TVCOM ont été nos interlocuteurs.

CAP INTER SCHOOL 20180409 (1).mp3
Fichier Audio MP3 3.8 MB
CAP INTER SCHOOL 20180410.mp3
Fichier Audio MP3 4.0 MB
CAP INTER SCHOOL 20180411.mp3
Fichier Audio MP3 4.6 MB
CAP INTER SCHOOL 20180412.mp3
Fichier Audio MP3 4.9 MB
CAP INTER SCHOOL 20180413.mp3
Fichier Audio MP3 5.2 MB

ENSEIGNER.........

 

Les examens de juin approchent et les verdicts vont tomber entraînant leurs lots  tantôt de contestations et de recours, tantôt de joies. Les élèves du jury connaîtront également leurs résultats à la fin du mois de juin . Là aussi, tristesse et joie alterneront en fonction des échecs ou des réussites. Cependant, et c'est une grande différence, il n'y a pas de possibilité d'introduire un recours visant à contester la décision du conseil de délibération. Les élèves devront accepter le verdict et s'y soumettre. Ce  processus est identique dans le système supérieur ou universitaire. 

C'est une différence importante entre des élèves qui visent à obtenir le même diplôme, à savoir le CESS.

Nous pouvons estimer que le jury met plus profondément l'accent que les humanités classiques sur le sens de l'effort. Il n'y a aucune volonté, dans notre chef , de dénigrer l'enseignement subventionné. Nous désirons partager quelques considérations sur l'enseignement, à un moment crucial puisqu'il est appelé à connaître de profonds bouleversements et surtout parce que , depuis de nombreuses années, l'enseignement subit de nombreuses tempêtes qu'aucune réforme communautaire ne semble pouvoir apaiser. Que du contraire, elles sont de plus en plus dévastatrices!

Avant que de s'acharner à vouloir réformer l'enseignement; il faudrait, à notre avis, s'interroger sur le sens à donner à l'enseignement.

 

Les enseignants doivent être des porteurs de sens et de valeurs. L'éducation doit être le rempart de la civilisation. Les enseignants doivent jalonner le chemin incertain des adolescents qui leur sont confiés de bases solides. Nous sommes les héritiers d'une civilisation brillante. Au nom d'une régression étonnante et soumis aux affres de la pensée dominante, nous ne cessons de nous battre la coulpe et de condamner les réalisations de nos siècles d'histoire . Il y a effectivement des zones de l'histoire européenne  qui sont difficilement acceptables, comme la colonisation. Mais devons-nous pour autant nous excuser d'avoir des ancêtres colonisateurs? Attachons-nous à démontrer à nos jeunes qu'il ne peut y avoir , entre les hommes,de discriminations raciales. Efforçons-nous de ne plus commettre les erreurs du passé!  A la suite d'Amin Maalouf, montrons à nos adolescents que c'est lorsque l'on enferme un être dans une identité que l'on transforme celle en identité meurtrière. Tournons, enfin,  le dos à cette hypocrisie qui consiste à "oublier" que la colonisation, c'est aussi et surtout aujourd'hui. 

Enseigner, c'est apprendre la liberté. Est libre celui qui connaît. Cet appel à la liberté est capital et incontournable. Nous devons pousser nos jeunes à être curieux. Nous devons les inciter à travers nos cours, quelle qu'en soit la nature, à s'interroger sur l'origine d'un événement ou encore d'un concept. Nous devons les inviter à la plus large documentation, à la plus vaste information. Il faut qu'ils apprennent à rejeter tout ce que le monde moderne leur offre sur un plateau d'argent. Nous entendons par là que nous devons leur apprendre à renoncer à l'immédiat et à se donner de la peine afin de tendre à l'essentiel. L'immédiat nivelle par le bas et tue la sensibilité ainsi que les capacités de réaction.

Enseigner, c'est aussi permettre à os jeunes de mieux juger le présent à la lumière du passé. Notre Occident est porteur de valeurs. Il a enfanté de grands hommes, il a été le témoin de découvertes capitales, il a vu se dérouler des événements tantôt grandioses tantôt horribles. Nous devons être , en tant qu'éducateurs, la mémoire de nos élèves . Il y a des souvenirs qui sont comme des commandements. Le sacrifice de milliers de soldats américains et alliés lors du débarquement de Normandie que nous célébrerons dans quelques jours, celui de milliers d'anonymes qui ont résisté à la sauvagerie belliciste de régimes dictatoriaux sont autant de commandements à l'accomplissement de notre devoir d'hommes et de femmes. Nous devons conjuguer ce sens du devoir à tous les temps et inculquer à nos jeunes qu'ils ont d'abord des devoirs avant de revendiquer des droits. Leur premier devoir est le respect d'eux-mêmes. Ils doivent se construire et non se détruire. Ils doivent fuir les pièges de la superficialité. C'est à ce prix qu'ils pourront résister aux vents dévastateurs de notre société de consommation. Ne condamnons pas la mondialisation. Elle est inéluctable. Ne nous effrayons pas des progrès de l'intelligence artificielle. Affrontons ces nouveaux défis, armés. Notre arme, c'est la culture. Pour ce faire, nous devons construire une école de la rigueur, de l'exigence et du dépassement de soi. Battons-nous pour être des enseignants qui conçoivent la connaissance comme une naissance. Naissance à la Beauté et au Vrai.  Cette connaissance débouchera sur une des formes les plus sensibles de l'intelligence humaine: celle du coeur.

 

Modestement et en toute humilité, c'est à cet enseignement que nous nous consacrons  et que nous tentons de faire partager à nos jeunes.